Une nuit au pays des caribous

À tous les passionnés d’animaux, ceux qui veulent en apprendre plus sur les espèces boréales, ceux qui souhaitent vivre une expérience authentique dans un cadre sauvage au plus près de la faune et la flore ; j’ai trouvé ce qu’il vous faut : l’Aventure au pays des Caribous proposée par le Zoo sauvage St-Félicien ! Cette immersion exceptionnelle de 26h vous plonge dans le quotidien des soigneurs, des vétérinaires mais aussi celui des nombreux animaux du parc. Une nuit mémorable en tente prospecteur au milieu des caribous vient compléter le tout. L’ambition du zoo ? Faire aimer la nature afin de la préserver. Sans trop en révéler, c’est un pari réussi !

LE ZOO SAUVAGE SAINT-FÉLICIEN

Avant toute chose, précisons que le Zoo sauvage de Saint-Félicien qui a bientôt de 60 ans est une organisation à but non-lucratif, tous ses bénéfices vont à la biodiversité et le développement du bien-être animal. Les 80 employés (180 en haute saison) sont rémunérés par Centre de Conservation de la Biodiversité Boréale qui gère l’établissement. Situé aux abords du Lac-Saint-Jean dans la municipalité de Saint-Félicien, le Zoo sauvage fait la réputation de la région. Il attire plus de 180 000 visiteurs par an.

Le Zoo Sauvage, spécialisé dans la Boréalie, accueille plus de 90 espèces, ce qui représente pas loin de 1000 animaux, répartis dans deux zones distinctes : la partie pédestre et le parc des sentiers de la nature. La première est composée de huit espaces aux habitats reconstitués le plus fidèlement possible : La toundra arctique, l’Asie, la forêt mixte, la Mongolie, les montagnes Amérique du Nord, les montagnes d’Afrique et la petite ferme. La partie pédestre a été rénové il y a peu avec de nombreuses passerelles, permettant aux visiteurs d’observer les animaux au dessus de leurs habitats. La deuxième zone de plus de 7 km se fait à bord d’un train grillagé, une balade de 65 min sur un territoire impressionnant où cohabitent les grands mammifères nord-américains en quasi-liberté. Le Zoo Sauvage porte fièrement le titre d’un des zoo les plus diversifiés d’Amérique du Nord.

DÉROULE DU WEEK-END

Il est 10h30 lorsque nous arrivons au Zoo et faisons la connaissance de Nicolas notre guide et accompagnateur dans le hall d’accueil. Nous rencontrons aussi un journaliste japonais avec qui nous allons partager les 26 prochaines heures. Nous laissons nos bagages au comptoir, ils nous attendront sur le camp ce soir. L’aventure commence au Boléarium, le tout nouveau pavillon d’accueil dédié à la Boréalie et centre d’éducation, par la projection d’un film multi sensoriel de 15 minutes. On est transporté au cœur du Zoo à la découverte des quatre saisons, tantôt mouillés par la pluie, fouettés par le vent, enivrés par les odeurs de sapins. À la sortie nous avons qu’une hâte : y accéder !

Ours noir – Off to Montreal

On traverse rapidement la partie pédestre pour se diriger vers le parc des sentiers de la nature, les visiteurs font la file et attendent patiemment d’entrer dans les trains. Nicolas nous demande d’attendre qu’il aille chercher notre véhicule. C’est à ce moment que nous rejoint juste à temps une famille de 4 français, notre groupe est complet ! Nous avons le droit à un minibus privé afin d’explorer à notre guise les animaux en dehors du trajet préétabli par le train. On se sent déjà VIP ! À bord, il y a tout le confort : air climatisé, de grandes fenêtres et même des jumelles. Nicolas prend des petits chemins escarpés dans la forêt (sensations garanties !) et quelques minutes après notre départ, nous nous retrouvons nez à nez avec un ours noir. Pas farouche, il nous longe de très près, puis c’est un bison, puis un autre ours noir femelle avec son petit.

On ne sait plus où donner de la tête ! Les paysages se succèdent, entre forêt, lacs et plaines, on oublie totalement que nous sommes dans un zoo. Nicolas répond sans faille à toutes nos interrogations et nous donne des détails sur chaque espèce qu’on croise. Il est midi passé quand nous arrivons devant une petite maison d’époque 1910 tout en bois. Deux personnages en costume en sortent et nous invitent à dîner chez eux.

C’est sans aucun doute mon moment préféré du séjour ! Nous descendons du bus et entrons chez Philéas et Marguerite. La maison est décorée comme d’antan, remplie d’objets anecdotiques dont les deux hôtes nous expliquent l’utilité. Nous dégustons un repas typique de la région comme il était de rigueur à l’époque : soupe aux gourganes, pâté au poulet, une tarte aux bleuets et même du café. Notre dîner est ponctué par les passages du train et des visiteurs que Philéas et Marguerite sortent saluer. Ils nous offrent un tour guidé de leur ranch et leurs animaux, c’était l’occasion d’en apprendre plus sur les habitudes et la vie des habitants à cette époque. Les deux jeunes acteurs sont si convaincants que j’ai totalement perdu le sens de la réalité et me croyait 100 ans plus tôt avec eux obnubilée par les histoires de leur village. Ils étaient intrigués par notre façon de nous habiller, de parler et nos appareils photos, ce qui donnait lieu à des moments hilarants.

Maison d’antan – Crédit Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean
EN ROUTE AU CAMPEMENT

Avec un petit pincement au cœur, nous quittons nos nouveaux amis pour rejoindre notre campement. Alors qu’on s’enfonce dans la forêt, notre véhicule s’arrête devant une clôture et une très haute porte cadenassée, la situation est digne du film Jurassic Parc. Nicolas nous explique que les caribous sont en liberté dans cet espace mais que par sécurité pour les aventuriers (surtout vis à vis des ours et des loups) on se doit d’être « enfermés ». Ce n’est pas pour me déplaire ! On laisse notre véhicule tout-terrain et marchons quelques minutes jusqu’à apercevoir les premières tentes et nos colocataires poilus. Le camp est spacieux, il est composé de sept tentes de deux places, une huitième pour le guide, une salle à manger, et une tente éducative, on retrouve un foyer au centre. Les caribous sont là aussi en petits groupes ou seuls, ils se baladent, viennent nous voir. Le camp n’a pas l’eau courante mais un puis permet d’avoir l’eau qu’il faut pour se débarbouiller et se laver les dents. Il y a aussi des toilettes sèches « grand luxe » sur pilotis, sérieusement rien à envier aux toilettes classiques, l’infrastructure est neuve qui plus est. À l’entrée, il y a un espace de réhabilitation et soins pour les caribous, parfois il est vide mais cette fois-ci nous avons « la chance » d’y trouver Françoise, une femelle bébé caribou de trois mois abandonnée par sa mère. La petite n’est pas sevrée alors ce sera à nous de lui donner le biberon et la flatter quand bon nous semble.

Campement et caribous - Crédit Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean
Campement et caribous – Crédit Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean
Observation des caribous - Off to Montreal
Observation des caribous – Off to Montreal

Sur chacune des tentes se trouve les prénoms des personnes qui y passeront la nuit, une charmante attention, nous ouvrons la nôtre avec excitation. Il y a tout le confort nécessaire : deux sacs de couchage, des draps, des oreillers et leurs taies, des serviettes et un savon de toilette, ainsi qu’un petit poêle à bois et une table de nuit. Il flotte dans l’air une odeur agréable et prononcée de sapin, due aux branches naturelles qui nous servent de matelas. Nos bagages nous attendent même à l’intérieur. On découvre aussi la salle à manger où notre souper et petit déjeuner seront servis. Alors que nous nous apprêtons à partir en randonnée avec Nicolas, il commence à pleuvoir. On s’abrite alors dans la salle à manger et profitons de l’occasion pour jouer tous ensemble à un jeu de société en attendant que l’averse passe.

Campement - Off to Montreal
Campement – Off to Montreal

Une heure et demie plus tard, on chausse nos bottes et partons tous les sept à la découverte de la flore boréale. Nicolas nous montre diverses plantes, arbres, champignons et petits fruits comestibles ou non. Il nous apprend également leurs vertus et caractéristiques, on découvre un ancien terrier d’ours et les vestiges d’un combat récent entre deux animaux. C’était très intéressant, malgré qu’on se soit fait dévorer par les moustiques ! De retour au camp, la faim se fait sentir. Nicolas allume un grand feu et nous prépare le repas. (Quel homme ce Nicolas, il sait tout faire !) Au menu ce soir : Truite saumonée de la rivière, légumes vapeur et pommes de terre cuits sur le feu et tarte du sucre en dessert ! On avait même le droit à une petite bière en apéro. Le souper est convivial, on discute, on apprend à se connaitre. On n’oublie pas le souper de Françoise non plus qui fait savoir qu’elle a faim. La nuit tombée, Nicolas nous raconte des histoires à la fois réelles, à la fois fantasques sur la région. C’est un excellent conteur, on boit tous ses paroles en dégustant une guimauve au coin du feu. Tous, car les caribous aussi sont avec nous, ils préparent leur nuit à côté de nos tentes.

Il est 7h30 quand j’ouvre les yeux, la lumière du jour transperce la toile. J’ai dormi comme un bébé avec cette odeur de sapin et le calme olympien de la nature. Un caribou frotte son panache contre la porte de notre habitation, il est l’heure d’aller déjeuner. Une table dressée par les soins de Nicolas nous attend dans la salle à manger, quel service ! Tartines, croissants, plusieurs options de céréales, jus, café ; il y en a pour tous les goûts. Les visages sont fatigués mais nous avons hâte de découvrir de nouveaux secrets du zoo. Un brin de toilette à l’eau fraîche, un biberon à Françoise, on rassemble nos affaires, on boucle notre sac, on dit au revoir aux caribous et on reprend place dans le minibus.

La première activité de cette nouvelle journée nous amène au cœur du parc des sentiers de la nature, sur le lac Montagnais. Oui, il y a un lac au milieu du zoo, il y a même une rivière. On a la chance d’y faire du canot avant les heures d’ouverture. On observe plusieurs ours bruns se promener tranquillement sur le rivage, des bisons, des bœufs musqués. C’est vraiment paisible, le moment est suspendu… Jusqu’à ce qu’on voit une heure plus tard, le premier train de visiteurs sur la terre ferme, on les salue, ils ont l’air médusés de nous voir. Je serais bien restée ici mais Nicolas veut nous amener dans un autre endroit exclusif.

 

RETOUR AU ZOO

On dépose nos gilets, nos pagaies et amarrons nos canots avant de reprendre la route, un dernier petit tour du parc des sentiers et nous voici revenus dans la partie pédestre du zoo. On stationne le minibus, notre fidèle compagnon et marchons. C’est tout à coup bizarre de se retrouver au milieu des visiteurs, on a pris goût à notre statut privilégié. On traverse un chemin au bord lequel un panneau avise « accès interdit au public ». Nous sommes à présent dans les coulisses du zoo, on découvre du matériel pour les habitats, mais aussi des tonnes de nourriture. C’est impressionnant. Nicolas nous escorte à l’hôpital vétérinaire, on est tous attentifs et on a pleins de questions pour lui. Comme des enfants, on a envie de toucher à tout, mais on se contente des nombreuses anecdotes de notre guide. À l’arrière de la clinique, on pénètre dans des box individuels où plusieurs animaux sont en convalescence d’interventions récentes ou attendent d’être pris en charge. La fin de visite de cette partie sonne normalement la libération du guide, mais nous avons tellement bien accrochés tous ensemble que Nicolas décide de « faire des heures sup’ » et de nous accompagner dans notre découverte de la partie pédestre et ses nombreux habitats. On a pu continuer à profiter de son savoir. Merci Nicolas !

Crédit Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean

L’Aventure au pays des Caribous est vraiment une expérience immersive, complète et un partage constant de connaissances. Aussi ludique qu’éducative, j’ai appris énormément de choses durant ces 26h. Les conditions d’encadrement sont exceptionnelles, Nicolas était un guide passionné, passionnant et patient. Il a grandement contribué au succès de cette fin de semaine magique et nous avons passé des moments uniques. Le séjour ravira petits et grands autour d’un intérêt commun : Les animaux, leur préservation et leur bien-être. Pour plus d’informations sur cette visite, cliquez ici.

Pour d’autres articles sur le Zoo, c’est par ici

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.